Rudy Ricciotti dessine l’entrée sud de la ville

Avec le programme Goya, la Ville de Tours commence à remodeler la physionomie de la sortie sud de l’autoroute A10, à proximité de Saint-Avertin. Le projet se déploie sur une parcelle de près de 12 000 m2 rachetée en 2011 au conseil départemental par Val Touraine Habitat, qui gère 850 logements dans la préfecture d’Indre-et-Loire. Le site, marqué par la présence de trois grands axes routiers très bruyants, était occupé par d’anciens bureaux de France Télécom qui ont été détruits pour laisser la place à la première tranche du projet : un bâtiment de 4 300 m2 confié à l’agence d’architecture de Rudy Ricciotti.

Cet édifice de béton blanc se veut « un lieu de vie capable de concilier efficacement l’urbain, le bruit et la nature », précise-ton à Val Touraine Habitat. Un tiers de la surface sera réservé à des commerces. Au rez-de-chaussée, l’assise du bâtiment, largement vitrée, abritera des boutiques et les entrées des logements. Elle accueillera également une pharmacie actuellement située à proximité, dans le quartier des Fontaines, dont l’activité sera transférée dans un espace de 600 m2 agrémenté d’un « drive » permettant de récupérer ses médicaments à un guichet extérieur sans descendre de sa voiture.

Toit-terrasse planté. Sur cet élément repose un second volume rectangulaire, en retrait et incurvé, avec des terrasses filantes sur toute la longueur. Il accueillera un deuxième plateau commercial d’environ 500 m2 au premier étage, ainsi que 42 logements, dont 39 logements locatifs sociaux et trois logements destinés à la vente, le tout en R + 7. Les deux volumes seront raccordés par le toit-terrasse planté du rez-de-chaussée, associant minéral et végétal pour « mettre en scène » cette nouvelle entrée de ville.

L’opération, d’un montant de près de 9 M€ TTC devrait être livrée au premier trimestre 2019, au terme de deux ans de travaux. Mais la résidence Goya n’est qu’un début. Le reste de la parcelle doit être aménagé, et rien n’est définitivement arrêté. Initialement, le projet, qui était inscrit à la programmation 2013-2016, prévoyait trois îlots et la possibilité de construire jusqu’à quatre bâtiments pour un total de 200 logements. Les études se poursuivent, menées conjointement par Val Touraine Habitat, Tours et la métropole, en vue d’aboutir, en 2019, à un projet « finalisé et partagé ».

Le bureau d’études Lamoureux & Ricciotti Ingénierie a assuré les études de conception du bâtiment.

 

 Lire l’article sur le Moniteur.fr